BON JOVI : 7800° Fahrenheit

Composé et enregistré un peu dans la précipitation, entre deux tournées, et dans le feu de leurs débuts en fanfare qui les avaient vus, en plus de relativement bien vendre leur premier album, saisir l'opportunité d'ouvrir pour de grosses écuries comme Kiss et Scorpions, ce deuxième album est souvent présenté comme le canard boiteux de la discographie de BON JOVI, par la critique comme par les membres eux-mêmes qui ont tendance à le renier. On dit que le son, notamment, n'aurait pas été à la hauteur de ce que recherchait alors Bon Jovi, et le fait est qu'il peut paraître un peu daté, avec le recul, en le comparant aux albums suivants (quoiqu'en progrès tout de même par rapport au premier). Ce sera en tout cas la dernière collaboration du groupe avec le producteur Lance Quinn, mais à vrai dire, il serait injuste de l'accuser de sabotage. Non, ce disque tient tout autant la route que le premier, le style du groupe a même tendance à s'y affiner, aidé par des mélodies une fois encore très efficaces (le classique parmi les classique In And Out Of Love en témoigne dès les premières notes), dans un registre hard FM (les très bon Only Lonely, Tokyo Road, The Hardest Part Is The Night, etc.) présentant parfois des aspects « heavy » dans les guitares, en particulier sur le très bon Always Run To You. Même dans l'exercice périlleux de la ballade, qui n'est à mon avis vraiment pas le fort de Bon Jovi, le groupe s'en tire très honorablement (Silent Night et ses jolies nappes de clavier bien d'époque). Et puis comme pour affirmer la supériorité de Bon Jovi sur bien des groupes de l'époque, que les labels signaient sans trop de discernement, les Américains alignaient une poignée de titres assez étonnants, comme le très bon To The Fire et son ambiance extrême-orientale très réussie, déjà entrevue dans l'introduction du bien nommé Tokyo Road. S'il ne faisait certes pas tout à fait fondre le roc(k) comme son titre le prétendait, ce 7800° Fahrenheit reste assurément un incontournable de Bon Jovi.

Tracklist :
01. In And Out Of Love
02. The Price Of Love
03. Only Lonely
04. King Of The Mountain
05. Silent Night
06. Tokyo Road
07. The Hardest Part Is The Night
08. Always Run To You
09. (I Don't Wanna Fall) To The Fire
10. Secret Dreams


Line-up :

Jon Bon Jovi (chant + guitare + chœurs)
Richie Sambora (guitare + chœurs)
David Bryan (clavier + chœurs)
Alec John Such (basse + chœurs)
Tico Torres (batterie + chœurs)
+
Rick Valenti (chœurs)
Jeaanie Brooks (chœurs)
Carole Brooks (chœurs)
Phil Hoffer (chœurs)
Randy Cantor (programmation)
Jim Salamone (programmation)
Tom Mandel (synthétiseur)

Année : 1985
Label : Mercury
Production : Lance Quinn


ALDO NOVA : Twitch

A lire les remerciements dans le livret de ce troisième album d'ALDO NOVA, on a l'impression de lire l'index d'une anthologie du rock des années 80 : Bryan Adams, Bon Jovi, Night Ranger, Michael Bolton (qui joue les choristes sur l'album), Cheap Trick, Motley Crue, Ozzy, Ratt, et je m'arrêterai là. Le carnet d'adresses du musicien était semble-t-il bien rempli, et il y avait de quoi faire oublier de futures collaborations plus embarrassantes dans le milieu assez peu ouvert du rock (Céline Dion entre autres). Le Canadien avait incontestablement le vent en poupe au milieu des années 80, il avait connu le succès dès le premier album en 1982, confirmé par le suivant (Subject, en 1983), et l'heure du déclin n'avait pas encore sonné pour la suite de sa carrière, dans la mesure où l'attendaient encore de prestigieuses collaborations avec Jon Bon Jovi sur son album solo Blaze of Glory et un retour d'ascenseur de la part de l'icone du hard FM qui le signera sur son label pour l'album suivant. Twitch est probablement l'album le plus AOR de la discographie d'Aldo Nova, comme peut le laisser supposer la pochette où Nova apparaît tiré à quatre épingles, comme embourgeoisé. La musique est lissée, pas mal de réverbération dans le son de batterie, des nappes de clavier ici et là, bref : calibrée à la mode du moment, mais pour autant pas désagréable. On est loin du classique, toutefois, d'une part peu de titres se dégagent, et puis, s'il était bon guitariste (il en fait une petite démonstration sur le titre le plus hard de l'album : le très DEF LEPPARD Lay Your Love On Me), Aldo Nova n'était pas le chanteur le plus remarquable du circuit, son chant poussif se montrant même assez incapable d'embellir des morceaux qui en aurait pourtant eu besoin. Signe peut-être d'une lassitude du public, Twitch ne s'imposera pas comme les précédents albums, et Aldo Nova devra patienter une bonne demi-dizaine d'années avant de lui donner une suite avec Blood On The Bricks.

Tracklist :
01. Tonite (Lift You Up)
02. Rumours Of You
03. Surrender Your Heart
04. If Looks Could Kill
05. Heartless
06. Long Hot Summer
07. Fallen Angel
08. Stay
09. Lay Your Love On Me
10. Twitch (instrumental)

Line-up :

Aldo Nova (chant + guitare + programmation + clavier)
+
Paul Kayen (guitare)
Lenny Petze (guitare)
David Lebolt (clavier)
Robbie Kilgore (clavier)
Neil Jason (basse)
Billy Carmassi (batterie)
Allen Schwartzberg (batterie)
Anton Fig (batterie)
Michael Rudetsky (programmation)
Fiona Flanagan (chœurs)
Peppy Castro (chœurs)
Bobby Christianson (chœurs)
Michael Bolton (chœurs)
Angela Clemmons (chœurs)

Année : 1985
Label : CBS
Production : Aldo Nova


JIM JAMISON : When Love Comes Down

JIMI JAMISON aura marqué le rock, et plus particulièrement l'AOR avec un timbre de voix reconnaissable entre tous. En nous quittant le 31 août 2014 à tout juste 63 ans, le chanteur laissait derrière lui une longue liste d'enregistrements, initiée au milieu des années 70 dans TARGET pour s'achever avec un album solo sorti en 2012. Au milieu, en guise d'apogée, il y aura eu une riche collaboration dans SURVIVOR, dans lequel il avait remplacé, et supplanté aux yeux de beaucoup, son prédécesseur, Dave Bickler. Ce talent hors du commun, hélas, n'a pas toujours été servi par des compositions dignes de lui. C'est un peu l'impression que donne ce premier album solo, sorti deux ans après la séparation de Survivor, alors que l'Américain avait été approché par la légende du hard rock, DEEP PURPLE, pour remplacer Ian Gillan. Jimi Jamison sera dissuadé de les rejoindre par son entourage, et notamment sa maison de disques qui souhaitait pouvoir compter sur sa disponibilité pour assurer la promotion de ce When Love Comes Down. Loin d'être un ratage, ce disque ne présente toutefois guère de morceaux véritablement forts, oscillant le plus souvent entre un rock couillu aux accents parfois sudistes d'assez bonne tenue (Taste of Love — co-signé par Carl Dixon de CONEY HATCH —, Johnny's Got A Shotgun, Long Walk Home, True Lovers) et des ballades AOR pas toujours inspirées (When Love Comes Down, If You Walk Away). La fin d'album en paraît finalement plus remarquable, particulièrement avec le très beau Cry Alone et le plutôt bien nommé Rock Hard, qui résument avantageusement la double orientation de ce disque qui brille d'abord par la voix de son interprète.

Tracklist : 
01. Taste of Love
02. Johnny's Got A Shotgun
03. When Love Comes Down
04. Long Walk Home
05. True Lovers *
06. If You Walk Away
07. Cry Alone *
08. I Believe In Love *
09. Rock Hard *
10. Angry Young Man *

Line-up :

Jim Jamison (chant)
+
Carl Dixon (guitare + chœurs)
Kenny Greenberg (guitare)
Teddy Castellucci (guitare)
Shawn Lane (guitare)
Hal McCormack (guitare)
Kenny Mims (guitare + basse + clavier + programmation + chœurs)
John Roth (guitare + chœurs)
Kim Bullard (piano + clavier)
Randy Cantor (clavier + programmation)
Bill Cuomo (clavier)
David Cochran (basse)
Hutch Hutchinson (basse)
Craig Krampf (batterie)
Steve Mergen (batterie + percussions)
Scott Trammell (batterie + percussions)
Tommy Walsh (batterie)
Josh Hampton (tambourin)
Shel Talmy (tambourin)
John Berry (cuivres)
Greg Smith (cuivres)
Lee Thornburg (cuivres)
Tom Tinko (cuivres)
Michael Black (chœurs)
Sam Bryant (chœurs)
Jimmy Davis (chœurs)
Bruce Hall (chœurs)
Damon Johnson (chœurs)
Gary O'Conner (chœurs)
Brett Walker (chœurs)

Année : 1991
Label : Scotti Bros
Production : Shel Talmy + Jim Gaines [*] + Kenny Mims [*]


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...