SURVIVOR : s/t

Jim Peterik était au fond une sorte de « survivant » lorsqu'il forma son nouveau groupe en 1978. Non que son expérience, depuis le milieu des années 60, avec son premier groupe THE IDES OF MARCH l'ait particulièrement éprouvé, mais le musicien avait d'une certaine manière échappé deux fois à la mort en quelques années. La première en 1974, par un heureux coup du sort, qui l'avait empêché de se joindre au trompettiste de jazz Bill Chase, avec lequel il devait jouer dans le Minnesota, lequel avait trouvé la mort avec plusieurs de ses musiciens dans l'avion qui devait les y conduire. Quelques années plus tard, Peterik se retrouvait à l'hôpital pour une pneumonie, et c'est durant sa convalescence que l'idée de former SURVIVOR germa dans sa tête. Avec l'ancienne section rythmique de CHASE (le groupe du défunt trompettiste), complétée par le guitariste Frankie Sullivan (ex-MARIAH) et l'ancien chanteur de JAMESTOWN MASSACRE Dave Bickler, avec qui Peterik avait travaillé sur des publicités par le passé, le groupe était remarqué par le célèbre John Kalodner qui les fit signer chez Scotti Bros, un jeune label proche de la maison Atlantic dont Kalodner était à l'époque le gourou. Après huit longs mois d'enregistrement, et deux changements de producteur (Bruce Fairbairn parachèvera en bout de chaîne le travail de Barry Mraz et Ron Nevison), le premier album de Survivor voyait le jour — illustré par un joli portrait de Kim Basinger —, dans un style moins affirmé que ce qu'on connaîtra plus tard. Un certain nombre de mélodies intéressantes se dégagent toutefois du lot (le FREE-ien Somewhere In America, Let It Be Now, Whole Town's Talkin'), dans un rock porté sur les guitares et qu'on peut déjà souvent qualifier d'AOR (As Soon As Love Finds Me, Youngblood, etc.), flirtant parfois un peu avec le hard rock mais sans jamais s'y attarder (le chant de Bickler sur certains passages de Nothing Can Shake Me, par exemple). Avec 11 titres et une fin moins accrocheuse (les plutôt dispensables 20/20 et Freelance), ce premier album manque cependant un peu de ce souffle mélodique qui se renforcera dès l'album suivant, Premonition.

Tracklist : 
01. Somewhere In America
02. Can't Getcha Offa My Mind
03. Let It Be Now
04. As Soon As Love Finds Me
05. Youngblood
06. Love Has Got Me *
07. Whole Town's Talkin'
08. 20/20
09. Freelance
10. Nothing Can Shake Me (From Your Love)
11. Whatever It Takes

Line-up :

Dave Bickler (chant + clavier)
Frankie Sullivan (guitare + chœurs)
Jim Peterik (guitare + chant [*] + chœurs)
Dennis Keith Johnson (basse)
Gary Smith (batterie + percussions)

Année : 1979
Label : Scotti Bros. [réédition Volcano]
Production : Barry Mraz + Ron Nevison


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...