ERIC MARTIN : s/t

ERIC MARTIN avait le vent en poupe dans la première partie des années 80. D'abord, le groupe qu'il avait fondé à San Francisco avec John Nymann en 1979 (415, devenu ensuite le Eric Martin Band) faisait un carton localement, et multipliait les concerts à guichet fermé, dont de nombreuses premières parties de groupes de renommée mondiale, comme ZZ TOP qu'Eric Martin et son groupe avaient accompagné sur quelques dates de leur tournée américaine en 1984, peu avant de se séparer. Après l'éviction de Bobby Kimball, Steve Lukather (qui joue sur deux titres de ce disque) — manifestement séduit par sa voix à la croisée du rock et de la soul — tenta même d'imposer Eric Martin dans TOTO (Jeff Porcaro parviendra finalement à convaincre le groupe de recruter Fergie Frederiksen, avec le peu de réussite qu'on sait...). Autrement dit, le jeune chanteur ne manquait guère d'opportunités pour travailler, et sa carrière s'orientait vers l'expérience en solitaire depuis qu'il avait enregistré un titre (Can't Stop The Fire) pour la bande son du film Teachers. Capitol l'avait signé à cette occasion, et le label ne semblait pas lésiner sur les moyens, au vu des collaborateurs dont était entouré Martin sur ce premier album : outre Lukather, des noms rutilants de la scène californienne comme Waddy Wachtel (Stevie Nicks), Bill Payne (Little Feat), Danny Kortchmar (Linda Ronstadt, Don Henley...), Rick Marotta (Steely Dan, Stevie Nicks...) ou encore le percussionniste ubiquiste Lenny Castro et le saxophoniste Ernie Watts... Les noms avec lesquels Eric Martin signe ses chansons ne sont du reste guère moins ronflants : de Neal Schon (Journey) à Kevin Elson, sans parler des reprises de MICHAEL BOLTON (Can't Hold On Can't Let Go) et du guitariste de BRUCE SPRINGSTEEN : Steven Van Zandt (Lyin' In A Bed Of Fire). Tout ce beau monde accompagnait le jeune chanteur dans une exploration de styles allant de l'AOR (les superbes Secrets In The Dark, Call Of The Wild, Pictures ou encore Eyes Of The World) à la pop (le plus bancal She's Out For Blood, un peu trop dépouillé dans ses arrangements), en passant par une jolie part aux accents « soul » (Information, la ballade Just One Night, ou encore la reprise de CHAIRMEN OF THE BOARD : Finders Keepers), autant de styles liés par ce timbre de voix inimitable, éraillé et chaud à souhait du futur chanteur de MR. BIG. Une voix qui suffirait presque à faire de ce disque l'indispensable de l'AOR qu'il est devenu. 

Tracklist : 
01. Call Of The Wild
02. Pictures
03. Secrets In The Dark
04. Information
05. She's Out For Blood
06. Eyes Of The World
07. Can't Hold On, Can't Let Go [reprise MICHAEL BOLTON]
08. Finders Keepers [reprise CHAIRMEN OF THE BOARD]
09. Lyin' In A Bed Of Fire [reprise LITTLE STEVEN]
10. Just One Night

Line-up :

Eric Martin (chant + chœurs)
+
Danny Kortchmar (guitare + orgue + programmation + cuivres)
Waddy Wachtel (guitare)
Steve Lukather (guitare)
Billy Payne (clavier)
Mike Mani (clavier)
Paul Shaffer (clavier)
Michael Boddicker (clavier)
Ernie Watts (saxophone)
Randy Jackson (basse + chœurs)
Stan Lynch (batterie)
Rick Marotta (batterie)
Jerry Marotta (batterie)
Lenny Castro (percussions)
Julia Waters (chœurs)
Maxine Waters (chœurs)
Terry Wood  (chœurs)
Herbie Herbert (chœurs)

Année : 1985
Label : Capitol [réédition Spitfire Records, 2000]
Production : Danny Kortchmar + Greg Ladanyl


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...