ALLMAN AND WOMAN : Two The Hard Way

La courte relation entre GREGG ALLMAN et CHER n'aura pas seulement laissé derrière elle un enfant, mais aussi un album qui s'est un peu volatilisé dans les mémoires. Descendu par la critique et boudé par le public, ce disque a même été désigné comme le pire album des discographies respectives de leurs auteurs. Concernant la chanteuse, c'était manifestement sans compter les nombreux égarements de sa longue carrière, qu'ils soient disco en 1979 (le piteux Take Me Home, et le très passable Prisoner) ou « technoïdes » dans les années fin 90/2000 (le détestable Believe... et probablement tout ce qui a suivi), car d'un point de vue strictement musical, cet unique album de ALLMAN AND WOMAN est bien loin d'être infamant. D'abord on y trouve deux voix assez exceptionnelles, le timbre chaud et puissant du fondateur des ALLMAN BROTHERS (qui prend la plus grosse part du chant sur cet album qui ne porte pas son nom pour rien), et la voix reconnaissable entre mille de sa sulfureuse épouse d'alors. Ensuite, le couple ne s'est pas adressé à des manches pour l'accompagner, et s'il n'a pas écrit le moindre titre de ce disque (constitué de nombreuses reprises ou d'inédits d'artistes comme JACKSON BROWNE — Shadow Dream Song — ou KAREN CARPENTER : I Love Makin' Love To You), les styles abordés, variés, ne ratissent pas non plus dans la fange de l'industrie musicale. Qu'ils soient d'inspiration « soul » à la BARRY WHITE (Move Me, I Found You Love) ou aux accents plus rétro comme la reprise des MIRACLES You Got A Hold On Me ou celle de NINA SIMONE Do What You Gotta Do ; qu'ils soient teintés western (la jolie ballade Can You Fool sur fond d'harmonica), rock sudiste (la reprise du relativement obscur SANDFORD-TOWNSEND BAND : In For The Night) ou rhythm & blues (We're Gonna Make It), il y a matière à surmonter la quasi permanente célébration de cette union très éphémère aux ressorts exhibitionnistes assez typiquement américains. Non, ce disque n'a rien de la purge autrefois annoncée, et si l'occasion se présente de l'écouter — mais Cher en possédant apparemment les droits, il est peu probable que vous trouviez un jour le témoignage de cette époque révolue pour elle dans une édition officielle sur cd —, vous ne perdrez pas grand-chose en vous y attardant la trentaine de minutes que son écoute vous réclamera.

Tracklist :
01. Move Me
02. I Found You, Love
03. Can You Fool
04. You're Really Got A Hold On Me
05. We're Gonna Make It
06. Do What You Gotta Do
07. In For The Night
08. Shadow Dream Song
09. Island
10. I Love Makin' Love To You
11. Love Me

Line-up :

Gregg Allman (chant)
Cher (chant)
+
Ricky Hirsch (guitare)
John Leslie Hug (guitare)
Fred Tackett (guitare)
Scott Boyer (guitare)
Willie Weeks (basse)
Bill Stewart (batterie)
Randall Bramblett (saxophone)
Harvey Thompson (saxophone)
Ronnie Eades (saxophone)
Harrison Calloway (trompette)
Jim Horn (saxophone)
Ben Cauley (trompette)
Dennis Good (trombone)
Mickey Raphael (harmonica)
Bobbye Hall (percussions)
Clydie King (chœurs)
Doug Haywood (chœurs)
Pat Henderson (chœurs)
Russell Morris (chœurs)
Sherlie Matthews (chœurs)
Tim Schmit (chœurs)

Année : 1977
Label : Warner
Production : Gregg Allman + John Haeny + Johnny Sandlin



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...