ALANNAH MYLES : s/t

Fille d'un pionnier des médias canadiens (à qui ce premier album est dédié), ALANNAH MYLES — de son vrai nom : Byles — s'est très tôt orientée vers le monde du spectacle. Musicienne précoce, vivant durant les années 80 de diverses petites activités dans la publicité, à la télévision ou comme choriste, la chanteuse rencontre Christopher Ward — un compositeur et chanteur ayant sorti quelques albums d'orientation plutôt westcoast à la fin des années 70 — qui deviendra non seulement son petit ami, mais également l'un des principaux artisans de sa réussite. Réussite tardive, à 31 ans, qui passera aussi par une collaboration avec le producteur David Tyson qui sortait d'un certain succès au Canada avec le groupe pop AOR : THE ARROWS (on retrouve d'ailleurs sur ce premier album son chanteur, Dean McTaggart, dans les chœurs). Ward et Tyson vont composer ensemble la plupart des gros hits qui, non seulement, vont convaincre la maison de disque Atlantic de signer la chanteuse, mais aussi amener des millions de personnes dans le monde à acheter son album. Six, pour être précis, dont un million sur le seul marché canadien (obtenant la rarissime certification « diamant »). Alannah Myles, c'est un peu une PAT BENATAR qui aurait glissé ses doigts dans une prise électrique. Tempérament volcanique, puissance vocale à faire trembler les murs, une voix parfaitement maîtrisée qui fait parfois virer à elle seule le rock qu'on lui a concocté du côté du hard rock, comme sur les explosifs Just  One Kiss et Kick Start My Heart. Un style qui baigne par ailleurs souvent dans le blues, comme on peut le constater sur le single qui fera une jolie part du succès de l'album : Black Velvet, mais aussi sur l'acoustique Hurry Make Love voire même Still Got This Thing. Et puis la chanteuse offre aussi une facette beaucoup plus délicate, suave même (les passages calmes de Who Loves You et Lover Of Mine), qui renforce le parallèle avec Pat Benatar, d'autant que certaines chansons comme Who Loves You, Love Is ou Hurry Make Love auraient très bien pu être interprétées par la rockeuse américaine sur un album comme Wide Awake In Dreamland. Ce qui est certain, en tout cas, c'est que le tempérament de feu d'Alannah Myles illumine son album du premier au dernier titre, et que ce disque a fort bien résisté aux ravages habituels du temps.

Tracklist : 
01. Still Got This Thing
02. Love Is
03. Black Velvet
04. Rock This Joint
05. Lover Of Mine
06. Kick Start My Heart
07. If You Want To
08. Just One Kiss
09. Who Loves You
10. Hurry Make Love

Line-up :

Alannah Myles (chant)
+
Kurt Shefter (guitare)
Bob Bartolucci (guitare)
David Wipper (guitare acoustique + mandoline)
David Tyson (clavier + basse + chœurs)
Steve Webster (basse)
Jorn Andersen (batterie)
Gary Craig (batterie) [9]
Scott Humphrey (programmation)
John Johnson (saxophone)
Rick Waychesko (trompette)
Michael Sloski (percussions)
Peter Fredette (chœurs)
Dean McTaggart (chœurs)
Christopher Ward (chœurs)
Lisa Dalbello (chœurs)
Jackie Richardson (chœurs)

Année : 1989
Label : Atlantic
Production : David Tyson




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...