TOTO : Turn Back

TOTO abordait l'enregistrement de Turn Back avec un état d'esprit particulier. Lassés d'être considérés comme un groupe à ballades — la faute principalement à leur maison de disques qui mettait rarement les titres les plus rock en avant —, revanchards vis à vis de la critique qui les démolissait à chaque occasion, les Californiens souhaitaient enregistrer un disque capable de leur apporter la renommée d'un véritable groupe de rock. Turn Back a par conséquent la réputation d'être le plus rock de la discographie de Toto, mais relativisons : ce disque — qui traîne par ailleurs la réputation d'être mal produit, mais là encore, nuançons, car si le rendu de la production de Geoff Workman peut parfois sembler curieux, cet album reste tout à fait plaisant à écouter —, ce disque, donc, reste globalement proche des précédents, qui ont toujours été composés d'un mélange équilibré de différentes influences, dont le rock fait partie. Mauvais procès que considérer Toto comme un groupe mollasson, donc, et réaction du groupe finalement moins spectaculaire qu'on ne pourrait imaginer, ce Turn Back étant plutôt un recentrage qu'un durcissement. D'abord, les ballades sont toujours présentes, toujours de belle tenue d'ailleurs (A Million Miles Away, If It's The Last Night), et comme c'était déjà le cas trois ans auparavant sur Angela, l'habileté de Toto à insérer des ruptures dans la structure de ses chansons les poussait parfois à réveiller leurs mélodies douces par des riffs inattendus mais bien sentis (I Think I Could Stand You Forever). Ces ruptures, et la relative complexité d'un certain nombre de compositions reste d'ailleurs un élément de l'identité de Toto, comme sur le superbe English Eyes, morceau typique du groupe, rythmé et doté d'un refrain, comme souvent, efficace. Probablement le titre le plus accrocheur de l'album (avec Turn Back), mais que le label ne jugea pas bon de mettre en avant, tout comme le fameux White Sister deux ans auparavant. De ces bourdes stratégiques de la maison de disques — ajouté au fait que la sortie de cet album ne fut pas suivie d'une tournée — venait sans doute une bonne part de la relative tiédeur reçue par Hydra et Turn Back auprès du public, ce qui n'empêcha pas les pontes de Columbia d'envisager de se débarrasser de Toto sans états d'âme après ce disque. Mais ceci était avant le succès planétaire de Toto IV l'année suivante...

Tracklist : 
01. Gift With A Golden Gun
02. English Eyes
03. Live For Today
04. A Million Miles Away
05. Goodbye Elenore
06. I Think I Could Stand You Forever
07. Turn Back
08. If It's The Last Night

Line-up :

Bobby Kimball (chant + chœurs)
Steve Lukather (chant + guitare + chœurs)
David Paich (clavier + synthétiseur + chœurs)
Steve Porcaro (clavier + électronique)
David Hungate (basse + guitare acoustique)
Jeff Porcaro (batterie + percussions)
+
Joe Porcaro (percussions) [8]

Année : 1981
Label : Columbia
Production : Geoff Workman + Toto



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...