SILENT RUNNING : Deep

Il est étonnant de constater à quel point une simple origine géographique peut vous marquer au fer rouge et influencer des comparaisons parfois au moins contestables, pour ne pas dire réductrices et faciles. En ayant vu le jour en Irlande, la comparaison avec U2 semblait inéluctable pour SILENT RUNNING. Soit. Mais en lisant le peu d'avis colportés ici et là, on peut même s'apercevoir que Silent Running a carrément été victime d'un total mépris de la part des critiques, qui outre le fait de les taxer abusivement de clones de U2 (la génétique a du avoir des ratés dans le cas de ce groupe), les réduisaient à une sorte de sous-groupe à l'intérêt plus que mineur. Surprenant quand on se plonge dans la discographie de ces musiciens de Belfast, à la richesse mélodique à mon avis indéniable. Le second album est à mon sens une petite perle de pop AOR, et bien que ne connaissant pas le premier disque, il semble que ces irlandais n'ont jamais refait le même album deux fois, ce qui n'est pas vraiment un trait que l'on retrouve beaucoup chez les groupes les plus insignifiants. Il était donc tout naturel pour la bande à Peter Gamble - qui perdait un nouveau membre et se retrouvait en trio - de changer une nouvelle fois d'orientation sur ce Deep. Nettement plus porté sur les guitares, faisant presque taire les claviers sur certains titres, ce cd est considéré sans doute à juste titre comme le plus rock de la trilogie. La ressemblance avec SIMPLE MINDS déjà perceptible sur le précédent album était encore accentuée, recourant pour celà à des atmosphères revigorantes et des guitares plus planantes que jamais comme sur Deep In The Heart Of Nowhere, Everything Your Heart Desires ou encore Sunshine In The Rain. Mais une fois encore, Silent Running ne s'en tenait pas à une piste unique, et s'efforçait d'explorer d'autres styles, accentuant son côté rock'n'roll sur Strenght Of Our Love, ou bien sa facette AOR sur la ballade When Will I Learn (sur laquelle le clavier reprenait davantage d'importance) ou encore le superbe et haletant Flame Of Love dans une variante rock mélodique mettant bien l'accent sur le côté énergique avec l'appui notamment d'un solo enflammé, dans un registre proche de GUN ! L'évolution de Silent Running n'est d'ailleurs pas sans évoquer celle que l'on connaîtra ensuite dans la musique des Écossais entre leurs deux premiers albums, en peut-être un peu moins spectaculaire chez Silent Running, car plus rock que hard. Encore une fois, pas de mauvais titre sur ce cd, mais une succession de morceaux dont le dénominateur commun est l'émotion, dans des variantes parfois calmes, mais plus généralement riches d'une vitalité, d'une énergie communicative. Un superbe album une fois encore. Le dernier hélas.

Highlights : Flame Of Love, Strenght Of Our Love, Deliverance, Something So Wrong, When Will I Learn, Deep In The Heart Of Nowhere...

Tracklist :
01. Deep In The Heart Of Nowhere
02. Everything Your Heart Desires
03. Angel Of Mercy
04. Strenght Of Our Love
05. When Will I Learn
06. Flame Of Love
07. Sunshine In The Rain
08. Local Hero
09. Deliverance
10. Something So Wrong

Line-up :
Peter Gamble (chant + guitare)
Tony Scott (guitare)
Richard Collett (basse)
+
Frankie LaRocka (batterie)
Ian Gault (batterie)
Adrian Lee (clavier)
Paul Rocks (clavier)
Clive Gates (clavier add.)
Joe Bonadio (percussions)
Steve Sidelnyck (percussions)
Carol Godden (chœurs)
Leslie Ritter (chœurs)
Amy Fradon (chœurs)
Adrian Baker (chœurs)

Année : 1989
Label : Atlantic
Production : Silent Running + Peter Donenberg + Frankie LaRocka + J. Eden

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...