W.A.S.P. : The Crimson Idol

Durant les années 80, W.A.S.P. ne s'était pas franchement fait connaître pour son sens de la mesure, et sauf à s'y intéresser d'un peu près, pas non plus tellement pour sa subtilité. Grand adepte de la provocation, le chanteur Blackie Lawless incarnait tout ce que le showbiz américain peut représenter de plus folklorique, et il faut bien le reconnaître, de grotesque. Mais pour qui avait écouté les albums du groupe, il paraissait bien évident que derrière les outrances et le cirque, à côté des titres bourrins sans grand intérêt si ce n'est celui de chauffer les salles de concert, on discernait un véritable compositeur, et une sensibilité. Il ne fallait pas tellement la chercher du côté du guitariste Chris Holmes, qu'un critique s'était jadis hasardé à comparer non sans justesse au grand singe de « La guerre des étoiles » : Chewbacca. Non, Holmes n'était certainement pas le gage de finesse de W.A.S.P., mais en revanche, Lawless avait toujours su en révéler des parcelles, à travers des compos aux mélodies pleines d'emphase et de raffinement. Cette tendance s'affirmait dans la musique de W.A.S.P. avec The Headless Children, mais c'est avec The Crimson Idol que le groupe atteignait son apogée. Rien d'étonnant, la boutique W.A.S.P. n'était alors plus tenue que par Lawless, son acolyte Holmes l'ayant quitté quelques mois après la sortie du précédent album. The Crimson Idol est donc à la fois un album de W.A.S.P. et un album solo de Blackie Lawless. C'est un concept album où le musicien se raconte sans doute plus ou moins à travers l'histoire d'un jeune homme accédant au statut de rock star. Mais il importe assez peu de savoir si Lawless raconte son histoire, ce qui domine ce disque, c'est l'intensité des atmosphères, alliées à une relative  complexité d'écriture donnant au final un résultat époustouflant. Une « power ballad » somptueuse – The Idol –, des morceaux puissants, déchirants et d'une beauté renversante (The Invisible Boy, Chaisaw Charlie, I Am One,  The Great Misconceptions Of Me, etc...), et cette voix écorchée qui les sert plus prodigieusement que jamais. Non, Lawless n'était pas qu'un malotru provocateur. Lawless était aussi et avant tout un créateur et un interprète de tout premier ordre, et ce Crimson Idol est de ces albums qui consacrent une carrière mais aussi, hélas, condamnent un artiste à se répéter tant le niveau est insurpassable. Dans le cas de Lawless, il s'est répété avec une certaine réussite, mais tout bien pesé, The Crimson Idol dispense de tout ce que W.A.S.P. a pu produire ensuite.

Highlights : The Idol, Hold On To My Heart, The Invisible Boy, I Am One, Chaisaw Charlie...

Tracklist :
01. The Titanic Overture
02. The Invisible Boy
03. Arena Of Pleasure
04. Chainsaw Charlie (Murders In The New Morgue)
05. The Gypsy Meets The Boy
06. Doctor Rockter
07. I Am One
08. The Idol
09. Hold On To My Heart
10. The Great Misconceptions Of Me

Line-up :
Blackie Lawless (chant + guitare + basse + clavier)
+
Bob Kulick (guitare)
Frankie Banali (batterie)
Stet Howland (batterie)

Année : 1992
Label : Capitol
Production : Blackie Lawless


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...