ROBERT VAUGHN AND THE SHADOWS : Love And War

Dans la série des talents sous-exploités par l'industrie du disque, ROBERT VAUGHN est un modèle de gâchis. A relire des critiques de l'époque, on peut d'ailleurs s'interroger sur les raisons de son insuccès, car à la sortie de Love And War à l'été 1987, le musicien de San Diego semblait plutôt soutenu par la presse et les radios locales. Succès critique donc pour ce musicien qui de plus avait eu la chance d'être remarqué et signé par un gros label. Succès d'estime du petit public en ayant eu vent, également, car 25 ans après la sortie de Love And War, les témoignages – aussi rares soient-ils – sont plutôt élogieux, et on le comprend facilement. La musique de Robert Vaughn, c'était le croisement heureux entre « heartland rock » et AOR. La profondeur du premier alliée au raffinement du second. Une voix au timbre assez proche d'un Mark Knopfler de DIRE STRAITS, avec plus de variations, et plus de coffre, une production aux meilleurs standards de l'époque et des arrangements pleins de bonnes idées, guitaristiquement notamment, comme sur l'excellent Nights On Fire. Et je ne vous parle même pas des mélodies, ou plutôt si, je vais vous en toucher quelques mots, car des neuf titres de ce disque (en réalité huit, car Dreaming Fileds n'est qu'un interlude), je n'en vois aucun qui dénature l'étonnante qualité d'ensemble : refrains souvent remarquables (Palace Of Tears, Love Came Falling, Justice, et j'en passe), amenés intelligemment par des couplets qui se démarquent souvent des plans éculés du genre. Si nous n'avons pas là la formule par a + b d'une règle qui devrait, dans un monde qui tourne à peu près rond, ouvrir les portes d'une réhabilitation passant nécessairement par une réédition, je ne m'y connais plus. En attendant cette hypothétique réédition, n'essayez pas de trouver ce Love And War en cd, les rares exemplaires en circulation sont semble-t-il dignes du mythe du Graal. Robert Vaughn sortait en 1991 une suite (Songs From The Riverhouse, quasi introuvable également), et à ma connaissance, son troisième et dernier album, sous le nom ROBERT VAUGHN AND THE DEAD RIVER ANGELS, un très bon disque, pas si éloigné de ce Love And War, mais qui lui, ne vous contraindra pas à la prière ni aux sacrifices rituels si l'envie vous prend de l'ajouter à votre collection.

Highlights : Nights On Fire, Palace Of Tears, December, Love Came Falling, Justice, Spanish Rebels...

Tracklist :
01. Spanish Rebels
02. Justice
03. Palace Of Tears
04. Dreaming Fields
05. Love And War
06. Love Came Falling
07. Nights On Fire (Bye Bye Moon)
08. December
09. Bordertown

Line-up :
Robert Vaughn (chant + guitare + programmation)
Anthony Daluz (guitare + chœurs)
John Nau (piano + orgue + programmation)
Doug Boone (basse)
Greg LaRocco (batterie)
Steve Kocherhans (saxophone + flute + clavier)

Année : 1987
Label : Island Records
Production : n/a


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...