ROB JUNGKLAS : Closer To The Flame

Ressortons la platine vinyl pour ce premier album de ROB JUNGKLAS qui à ma connaissance n'a jamais eu droit à une édition cd, ou alors totalement confidentielle (il n'est pas trop tard pour une réédition messieurs les décideurs des labels !). Et c'est bien dommage, car faute de pouvoir être écouté par le plus grand nombre, cet artiste est vite retombé dans l'oubli alors qu'il démontrait de sacrées qualités sur ses deux premiers albums. Un peu à la manière d'un TOM KIMMEL ou d'un JOHN BRANNEN à la même période, Jungklas donnait dans un AOR aux colorations midwest, un AOR à fleur de peau, authentique, riche en émotions. On s'en rend compte dès le superbe Boystown, un mid tempo habité et servi remarquablement par la voix légèrement chevrotante de Jungklas qui apporte à chacun des titres qu'il interprète une profondeur pour le moins saisissante. Sur ce genre de titre, on voit vite à quel genre de « songwriter » on a affaire, un musicien qui ne sait manifestement composer qu'en se livrant émotionnellement, loin des considérations commerciales de nombre de ses confrères, tout en restant totalement accessible. Autre moment fort de ce disque, Hello Heaven, une ballade mâtinée de saxo, entre AOR et westcoast, une fois encore troublante. On notera aussi le très bon Back To 17, entre douceur et vigueur rock. L'album sait d'ailleurs aussi se montrer assez festif, sur des titres plus légers, assez rock'n'roll comme Dizzy Blonde, dans un registre plus heartland rock jovial à la BRUCE SPRINGSTEEN des 80's sur le très entrainant Make It Mean Something, ou bien encore rhythm & blues avec le très efficace Memphis Thing qui eut droit en son temps à des passages sur les ondes de quelques bourgades et notamment dans le Tennessee, où vivait ce natif de Boston. Étonnant qu'un artiste de ce talent n'ait jamais trouvé la clé d'un succès plus vaste. Peut-être ne le cherchait-il tout simplement pas ? Le chanteur est aujourd'hui toujours en activité, dans un style plus dépouillé, toujours à la manière de ses confrères Kimmel et Brannen, dont les parcours sont décidément très similaires.

Highlights : Hello Heaven, Boystown, Back To 17, Make It Mean Something, When You Hold Me, Memphis Thing...

Tracklist :
01. Boystown
02. Back To 17
03. Not Like The Other Boys
04. Make It Mean Something
05. When You Hold Me
06. Big Bouffant
07. Hello Heaven
08. See That Girl
09. Dizzy Blonde
10. Memphis Thing


Line-up :
Rob Jungklas (chant + guitare + choeurs)
+
Rick Di Fonzo (guitare + slide guitar + choeurs)
Jack Holder (guitare + clavier + saxo + electric sitar + choeurs)
Keith Mack (guitare)
Peter Wood (clavier + flute africaine + log drums)
Ralph Schuckett (clavier + piano + orgue + choeurs)
Richard Termini (clavier)
Neil Jason (basse)
David Cochran (basse + choeurs)
Anton Fig (batterie)
Russ Kundel (batterie)
Chad Cromwell (batterie + choeurs)
Tony Thomas (clavier + choeurs)
John Agnello (choeurs)
Rory Dodd (choeurs)
Eric Troyer (choeurs)
Niko Bolas (choeurs)
Tonya Martin (choeurs)
Don Smith (choeurs)
Jon Hornvak (choeurs)
Mike Kearney (choeurs)
Jim Allen (choeurs)
Russ Caudill (percussions + choeurs)
Leslie Hornvak (choeurs)
Skip Thomas (choeurs)

Année : 1986
Label : Manhattan Records
Production : William Wittman + Jack Holder


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...