PARTLAND BROTHERS : Between Worlds

Malgré le succès rencontré par Electric Honey en 1986, il aura fallu attendre quatre années pour voir les PARTLAND BROTHERS faire leur retour. Beaucoup de choses avaient changé durant ce laps de temps, à commencer par l'entourage du groupe. Le producteur Jon Goldsmith remplaçait Vini Poncia, et avec ce dernier et la décennie 80 qui venait de se terminer s'envolait une partie de la recette qui avait fait le succès du précédent album. Aux arrangements relativement sophistiqués de Electric Honey, les frères Partland préféraient cette fois une orientation plus sobre, troquant bien souvent les guitares électriques et le synthé pour les sonorités plus organiques de la guitare acoustique et d'un fond de piano discret. En dépit de cette aspiration à moins de flamboyance, le duo canadien n'en était pas pour autant devenu austère. Il conservait un style toujours très touchant, chargé de similitudes avec leurs compatriotes de GLASS TIGER ou BOULEVARD, en particulier dans la fraîcheur des mélodies qui faisait une bonne partie du charme du précédent cd. Au prime abord, on aurait toutefois tendance à reléguer ce Between Worlds à un niveau bien en deçà de son brillant prédécesseur, et je dois bien admettre que les mélodies de ce second album m'ont pris un peu de temps avant d'être bien assimilées. Mais en grattant un peu autour de cette sobriété de façade, des titres comme Can You Love Me, Maybe One Day ou encore Untouched révèlent en fin de compte une beauté en bien des points comparable aux mélodies du premier album. L'excellent Nothin' You Can't Be fait à certains moments penser à un CHRIS ISAAK plus rythmé qu'à l'habitude, tandis qu'un léger côté THE HOOTERS pouvait se deviner sur des titres enjoués comme Brighter Days Ahead qui, comme à l'habitude du géant de Philadelphie, ajoutait à sa palette quelques influences folkloriques par l'apport d'instruments peu communs à la musique pop contemporaine comme l'autoharp, la mandoline ou les sonorités d'accordéon. Sans nul doute, Chris et G.P. n'avaient rien perdu de leur sens de l'émotion, ni de leur talent pour composer des refrains soft mais mémorables. Ils signaient un album qui se savoure un peu plus à chaque écoute, une preuve supplémentaire de leur grand talent.

Tracklist :
01. Can You Love Me
02. Maybe One Day
03. Honest Man
04. Can't You See
05. Untouched
06. Sunset Line
07. Too Quick To Judge
08. About Her
09. Nothin' You Can't Be
10. Brighter Days Ahead
11. Keep That Spirit High

Line-up :
Chris Partland (chant + guitare)
G.P. Partland (chant + guitare)
+
Rob Piltch (guitare)
Ken Greer (pedal steel)
Bill Dillon (guitare + pedal steel)
Steve Webster (basse)
Jon Anderson (batterie)
Jon Goldsmith (clavier + electric autoharp)
Hugh Marsh (violon)
Roberto Occhipinti (mandoline)
Dick Smith (percussions)
Shawn Jackson (choeurs)
Lisa Dal Bello (choeurs)
Colina Phillips (choeurs)
Joel Feeney (choeurs)
...

Année : 1990
Label : Capitol / EMI Music Canada
Production : Jon Goldsmith


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...