WHITE SISTER : Fashion By Passion

Conséquence directe de l'échec commercial du premier album, WHITE SISTER passait de la major EMI à un petit label indépendant anglais (FM Revolver) pour ce second album. Mais ceci était un bien petit désagrément en comparaison du départ du claviériste chanteur Gary Brandon, quelques temps avant l'enregistrement de ce Fashion By Passion. On aurait alors pu se dire que cette perte n'aurait eu que peu d'effet comparé au suicide collectif qu'aurait représenté pour le groupe le départ de Dennis Churchill, qui représentait à lui seul la tonalité somptueuse de White Sister avec sa sublime et unique voix. Le chanteur avait désormais en charge toutes les parties vocales, ce qui n'était certainement pas un handicap pour le groupe, mais comme le trio restant le reconnaîtra lui-même par la suite, le vide laissé par le départ de Brandon n'était pas aussi anodin que les apparences ne le laissaient alors supposer. L'alchimie de White Sister reposait sur chacun des membres, et l'apport de Brandon dans l'écriture notamment avait une grande importance. Si Chadock et Churchill s'en tiraient fort bien de ce point de vue sur A Place In The Heart ou Dancing On Midnight, qui marquaient un virage plus FM que le pomp rock puissant des débuts, il était évident que les compos du groupe dégageaient encore plus de magie lorsque l'équipe était au grand complet. Pour preuve, les quelques titres composés avant le départ de Brandon (le puissant April, digne du premier disque, et Until It Hurts) faisaient figure de temps forts de ce Fashion By Passion qui, s'il jouissait d'une production plus judicieuse que le précédent, présentait aussi plus d'inégalités voire même quelques incohérences. Sur un album de seulement 9 titres, on pouvait par exemple déplorer la présence de la reprise de Ticket To Ride des BEATLES, même si la refonte FM subie par le classique de la légende anglaise n'avait rien de désagréable. Autre incohérence dans le style, les deux derniers titres - des compos extérieures inédites écrites au début des années 80 par ANGEL, à une époque où le guitariste Punky Meadows était entouré de Fergie Frederiksen et Ricky Phillips - ne sonnaient tout simplement pas « White Sister », à l'image de Troubleshooter et son solo de saxo peu adapté à l'univers du groupe. Et comme pour pointer du doigt le handicap que causait la perte de Gary Brandon, celui-ci signait sur ce disque la fabuleuse « power ballad  » Save Me Tonight, magnifiée par la classe inouïe d'un Dennis Churchill au sommet de son art. Au vu de ce potentiel hors du commun, on ne pourra que déplorer que White Sister ait stoppé ses activités après ce disque. Ses rescapés se retrouveront quelques années plus tard dans un registre plus bluesy avec TATTOO RODEO, dont le premier album compte tout de même quelques titres dans l'esprit de leur précédent projet, mais c'est bien peu de choses...

Tracklist :
01. A Place In The Heart
02. Fashion By Passion
03. Dancing On Midnight
04. Save Me Tonight
05. Ticket To Ride
06. April
07. Until It Hurts
08. Troubleshooter
09. Lonely Teardrops


Line-up :
Dennis Churchill-Dries (chant + basse)
Rick Chadock (guitare)
Richard Wright (batterie)

Année : 1986
Label : FM Revolver Records 
Production : White Sister + Joel Goldsmith + Cliff Zelman ...


Save Me Tonight - live (Firefest 2009)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...