TAXXI : Expose

Dans la série mon vinyl commence à se faire vieux et le numérique est mon ami, ce nouvel appel du pied à l'égard des labels de réédition concerne cette fois le quatrième et ultime album des anglais de TAXXI. Après trois efforts sortis chez Fantasy, le groupe se retrouvait sous la coupe de MCA, et avec ce changement se poursuivait l'évolution du trio qui validait une belle part de son potentiel en tirant un trait sur les arrangements excessivement dépouillés des premiers albums. Les mélodies et le style, Taxxi maitrisait ça dès son coup d'essai, la voix de David Cumming faisait également très tôt merveille, mais il manquait une production plus travaillée, et des orchestrations plus étoffées pour rendre l'ensemble plus savoureux. On sentait déjà une nette amélioration sur le troisième effort : Foreign Tongue, et avec ce Exposé, Taxxi imposait définitivement sa marque, celle d'une pop AOR aux relents de new wave. L'AOR s'exprimait d'emblée sur l'excellent Still In Love, qui par certains aspects - et pas seulement le titre - rappelle un peu l'univers de STAGE DOLLS. Mais Taxxi n'était le clone de personne (d'autant qu'à l'époque les Norvégiens sortaient tout juste de l'oeuf), et c'est son propre univers, fortement marqué, qu'on retrouve sur tous les titres, tous enflammés par le chant terriblement expressif et original de Cumming, et assortis de quelques belles parties de guitare en guise d'enrobage rock (on notera d'ailleurs la présence d'invités de marque comme Brad Gillis de NIGHT RANGER, et Danny Chauncey de 38 SPECIAL) ; par exemple le brillant lead guitar bluesy et plein de feeling sur Double Edged Blade et l'excellent Forever, titre utilisé la même année sur la bande originale du « teen movie » Weird Science. On pourrait facilement relever chaque titre, du très dansant Losing Her, à l'excellent Russian Roulette, en passant par le chaleureux et racé The Real Thing, ou le rock'n'roll de saloon Lipstick, les refrains font mouche et s'incrustent rapidement. Naturellement, avec ses 23 ans d'âge, l'album peut aujourd'hui sembler un peu daté, mais chaque titre a su conserver quelque chose de fort : l'identité du groupe. Comme chaque fois que je sors un disque de Taxxi, j'ai peine à croire qu'un groupe au style si affirmé ait pu passer à ce point entre les mailles du filet. Promotion défaillante ? Même si certains titres furent exposés sur MTV (le groupe connut même un peu de succès en France avec les premiers albums), je ne vois que cela. Ce qui devait arriver arriva, et Taxxi ne fit plus jamais reparler de lui, en dehors de sa brillante contribution à la bande son du film The Secret Of My Success en 1987. Un cinquième album fut mis en chantier la même année, avec le renfort du guitariste Kevin Russell (ex-707), et la bonne nouvelle, alors que je republie cette chronique plusieurs années après l'avoir rédigée, c'est que ces titres seront enfin disponibles d'ici quelques jours sous le titre Traxx, sur le label d'Andrew McNeice, Melodic Rock Records.

Highlights : Still In Love, The Real Thing, Russian Roulette, Forever, Losing Her, Who Knows Me...

Tracklist :
01. Still In Love
02. Losing Her
03. Who Knows Me
04. Russian Roulette
05. Lipstick
06. Forever
07. The Real Thing
08. Guessing Games
09. I'm No Angel
10. Double Edged Blade

Line-up :
David Cumming (chant + guitare + clavier)
Colin Payne (clavier + choeurs)
Jeffrey Nead (batterie + percussions)
+
Randy Jackson (basse + choeurs)
Danny Chauncey (guitare + choeurs)
David Resnik (guitare)
David Williams (guitare)
Brad Gillis (guitare)
Michael Utley (clavier)
Mitchell Froom (clavier)
Nicky Hopkins (clavier)
Greg Smith (clavier)
Jay Burnett (clavier)
Keith Crossan (saxo)
Jeff Smith (saxo)
Randall Foote (choeurs)

Année : 1985
Label : MCA
Production : John Ryan + Tom Dowd

  
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...