L.A. GUNS : Hollywood Vampires

Avec ce troisième album, L.A. GUNS donnait incontestablement ses lettres de noblesse au sleaze rock. Suivant la progression entamée par l'excellent Cocked And Loaded, le groupe alignait sur Hollywood Vampires une impressionnante collection de hits en puissance. Commercialement, l'album peinera cependant à glaner le succès obtenu par le précédent cd (certifié platine), ce malgré de nombreux soutiens apportés notamment par des B.O. de films comme Point Break dont l'excellent Over The Edge deviendra un petit hymne, ou encore Wild Obsession dans Harley Davidson & The Marlboro Man. Mais il serait bien injuste de résumer Hollywood Vampires à ces seuls titres. Comme sur Cocked & Loaded, on ne trouve pas la moindre faiblesse à ce disque truffé de mélodies racées combinées à des arrangements peut-être un brin plus travaillés que sur son prédécesseur. On citera notamment la magnifique ballade Crystal Eyes sur laquelle la voix de Phil Lewis atteint des sommets d'expressivité, ou encore le très entrainant My Koo Ka Choo. La ballade It's Over Now fera son chemin dans les charts US à l'instar de The ballad Of Jane deux ans plus tôt, mais ce disque aurait mérité un tout autre accueil tant son statut de chef d'oeuvre me paraît évident. Difficile de déterminer si ce manque de reconnaissance aura dicté la suite de la carrière du groupe ou si les changements déplorables amorcés par le regrettable Vicious Circle sont simplement imputables au changement d'époque. Il n'en demeure pas moins qu'on ne retrouvera jamais plus L.A. Guns à un tel niveau par la suite. Hollywood Vampires restera pour moi l'un des plus grands albums jamais sortis, un classique du rock, intemporel et injustement mésestimé...

Tracklist :
01. Over The Edge
02. Some Lie 4 Love
03. Kiss My Love Goodbye
04. Here It Comes
05. Crystal Eyes
06. Wild Obsession
07. Dirty Luv
08. My Koo Ka Choo
09. It's Over Now
10. Snake Eyes Boogie
11. I Found You
12. Big House


Line-up :
Philip Lewis (chant)
Tracii Guns (guitare)
Mick Cripps (guitare + clavier)
Kelly Nickels (basse)
Steve Riley (batterie)

Année : 1991
Label : Polydor 
Production : Michael James Jackson


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...