KATE HAVNEVIK : Melankton

Encore un disque à ne pas mettre entre toutes les oreilles, car avant d'être rattachée à quelque style que ce soit, la musique de KATE HAVNEVIK correspond avant tout à un univers très personnel. Cette jeune Norvégienne (née d'un père anglais, et vivant à Londres) ne s'arrête pas là quant à l'originalité de sa démarche, elle est aussi de ces musiciens touche-à-tout qui n'hésitent pas à marier acoustique et électronique, faire cotoyer des violons et de la programmation ne l'effraie pas, on pourrait même penser qu'il s'agit pour elle d'un but recherché. Mais ce serait aussi prendre un raccourci, car Kate Havnevik a plus d'un tour dans son sac, et se refuse manifestement à la routine, ainsi on trouvera sur ce premier album aussi bien des titres recourant à l'électronique, que d'autres se focalisant sur des sonorités exclusivement acoustiques, et bien sûr d'autres faisant la synthèse de tout ceci. Cet éclectisme, on le doit vraisemblablement au parcours pour le moins atypique de la musicienne, qui après des débuts de guitariste classique/jazz, se dirigea vers le punk, pour arriver aujourd'hui à sa propre couleur musicale, qu'on pourrait globalement définir comme de la pop aux limites de l'atmosphérique. Ce qui est certain, c'est qu'une fois entré dans l'univers de la jeune femme, une fois saisi par sa voix angélique, on a peine à en sortir. Pour ce qui est des références, on pourra, avec précaution, parler de BJORK - qui par ailleurs ne m'est pas spécialement agréable (doux euphémisme), mais les deux univers ont l'originalité en commun, bien que celui de Kate Havnevik s'avère radicalement plus accessible - mais il y a à l'évidence aussi du KATE BUSH là dessous (You Again), peut-être même un peu de ENYA parfois pour le côté un peu mystique de certains titres, et pour revenir à une référence de sa génération, je serais tenté de parler de la fascinante (elle aussi) CHARLOTTE MARTIN, à ce détail près qu'avec Kate Havnevik, le piano n'est pas systématique, bien qu'étant l'un des instruments de prédilection de cette musicienne décidément très polyvalente. On retrouve ce piano sur le très sobre Nowhere Warm, sobriété que l'on goûte aussi sur les très doux Unlike Me, I Don't Know You ou le bonus So:Lo (où la chanteuse n'est quasiment accompagnée que d'une guitare acoustique), tandis que sur l'envoûtant New Day (le point culminant de cet album, tout en progression), la programmation tient un role important dans les rythmiques, mais uniquement pour servir un univers frais, délicat et finalement somptueux. Car malgré ce recours fréquent à l'électronique (souvent dans les rythmiques et de manière plutôt discrète), les arrangements des morceaux restent la plupart du temps d'une extraordinaire richesse, avec luxe de cordes (violons, violoncelle...), quelques cuivres, pour finalement aboutir à une musique très... cinématographique. Les images fusent dans notre imaginaire à l'écoute de ce remarquable Melankton, pas étonnant que les studios aient déjà eu copieusement recours à l'oeuvre de cette musicienne à qui on pourra reprocher ce que l'on voudra, excepté la banalité.

Highlights : New Day, Not Fair, Timeless, Unlike Me, Nowhere Warm, So:Lo...

Tracklist :
01. Unlike Me
02. Travel In Time
03. I Don't Know You
04. You Again
05. Not Fair
06. Nowhere Warm
07. Serpentine
08. Kaleidoscope
09. Sleepless
10. Suckerlove
11. Timeless
12. New Day
13. So:Lo [bonus]


Année : 2006
Label : Continentica Records
Production :  Kate Havnevik + Carmen Rizzo + Guy Sigsworth

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...