JOURNEY : Escape

Six mois avant la sortie de ce Escape, JOURNEY fermait un chapitre de son histoire avec le live Captured, le dernier enregistrement avec Gregg Rolie au clavier. Un nouveau venu faisait alors son entrée : le claviériste Jonathan Cain (ex-THE BABYS avec John Waite), contribuant ainsi fortement au nouveau souffle qui allait propulser le groupe vers les sommets des charts au Etats-Unis (Escape est l'album studio le plus vendu du groupe à ce jour avec 9 millions d'exemplaires écoulés sur le marché US uniquement). Après des débuts expérimentaux, le groupe de San Francisco cessait enfin d'avancer à tâtons pour devenir une référence de l'AOR. Le groupe n'avait pas attendu Cain pour entamer ce virage, mais jusqu'alors, l'inspiration n'était pas toujours de rigueur sur album. Avec leur nouvelle recrue, Neal Schon et Steve Perry formaient un trio magique capable d'aligner les hits avec une facilité déconcertante (trois top 10 au classement des singles issus de ce disque). Soutenu par le registre aérien de Steve Perry, c'est surtout dans les ballades et mid tempos romantiques que le groupe s'illustrait déjà le plus. A leur crédit, des bombes comme Don't Stop Believin' (et son intro piano/voix à couper le souffle), Stone In Love ou encore la somptueuse ballade Who's Crying Now. Toutefois, si ce disque est incontestablement à retenir comme un classique ayant laissé une trace indélébile dans l'histoire du rock mélodique, il laisse aussi paraître une facette du groupe avec laquelle je n'ai jamais été en accord. Des titres plus carrés, plus rêches, ou plus farfelus parmi lesquels le progressif Escape (qui sonne plus 70's que le reste de l'album), le plus hard Lay It Down ou encore Keep On Runnin' et le rock'n'roll endiablé Dead Or Alive ne font en effet pas appel à la même finesse que les compos les plus softs situées en début d'album, sans pour autant faire figure de point noir sur ce disque, n'exagérons rien. Les ballades Still They Ride et Open Arms - dans le pur style Journey - viennent de plus rééquilibrer le contenu pour en faire sortir au final un ensemble relativement cohérent et efficace ; mais avec un démarrage fait de trois des plus grands classiques de Journey, on aurait tendance à développer une certaine gourmandise.

Highlights : Who's Crying Now, Don't Stop Believin', Stone In Love, Open Arms... 

Tracklist :
01. Don't Stop Believin'
02. Stone In Love
03. Who's Crying Now
04. Keep On Runnin'
05. Still They Ride
06. Escape
07. Lay It Down
08. Dead Or Alive
09. Mother, Father
10. Open Arms


Line-up :
Steve Perry (chant)
Neal Schon (guitare + choeurs)
Jonathan Cain (clavier + guitare + choeurs)
Ross Valory (basse + choeurs)
Steve Smith (batterie)

Année : 1981
Label : Columbia
Production : Mike Stone + Kevin Elson

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...