FLEETWOOD MAC : s/t

Un album éponyme pour une renaissance, on pourrait presque s'en tenir à cette formule pour résumer ce disque. En près d'une décennie, depuis la fin des années 60, FLEETWOOD MAC aura connu moults changements de line up (seuls les métronomes Mick Fleetwood / John McVie n'ont jamais laché leurs postes depuis la fondation du groupe en 1967), mais assez peu de changement musical en dépit du nombre impressionnant de leaders d'écriture qui se seront succédés au fil du temps. En gros, on avait affaire à du blues rock durant la première vie de Fleetwood Mac, mais avec l'arrivée du couple Nicks / Buckingham, le groupe d'origine anglaise relocalisé un an plus tôt en Californie allait faire peau neuve et décupler sa popularité et son potentiel à pondre des classiques. Pour le fan de pop/rock que je suis (et accessoirement fidèle disciple de STEVIE NICKS), c'est bien avec cet album éponyme que la discographie de Fleetwood Mac commence. Malgré trois fortes individualités pour se partager le chant et les compositions, Fleetwood Mac se présentait sous une forme étonnamment cohérente, chaque chanteur pouvant revendiquer une part de l'identité du groupe, tout en composant un tout presque indissociable. Stevie Nicks apportait la féerie et l'émotion à fleur de peau, tandis que Lindsay Buckingham donnait un côté un peu expérimental au groupe, tout au moins l'impression d'un combo qui aimait prendre quelques risques. Christine McVie, par la douceur de sa voix et son aptitude à composer de belles mélodies, complétait quant à elle parfaitement le duo fraichement recruté. Et à trio magique, compos à l'avenant, car même si au premier abord cet album ne semble pas contenir de hits aussi forts que n'en proposera le mythique Rumours, ce disque faisait déjà beaucoup d'éclats, et se démarquait de la concurrence par une certaine avance sur son époque ; le fait est que plus de 30 ans après sa sortie, cet album n'a pas tellement vieilli. Un titre comme le fabuleux Rhiannon (habité comme il se doit par le pouvoir enchanteur de Stevie Nicks) en témoigne, tout comme le très aérien I'm So Afraid, fort du talent avant-gardiste de Buckingham qui pour le coup semblait assez visionnaire du son 80's. A contrario, son Monday Morning sonne incontestablement plus daté, mais n'est pas pour autant désagréable, loin de là. On retiendra également la superbe ballade acoustique Landslide - qui, comme toutes les compos de Nicks dans Fleetwood Mac, préfigurait ses premiers albums solos - ou encore Warm Ways, tempo lent sur fond de guitare slide à l'atmosphère fleur bleue, très représentatif de l'oeuvre de Christine McVie dans Fleetwood Mac. Et puis, pour attester d'un bon dosage entre ballades et titres plus rythmés, on retiendra l'atmosphère country enjouée de Blue Letters, compo extérieure au groupe interprétée par un Buckingham impeccable, sans oublier bien sûr le mid tempo d'une formidable douceur Over My Head, suintant toute la classe de McVie, ou encore le plutôt dépouillé mais hyper efficace World Turning. Au final, on se rend vite à l'évidence qu'il n'y avait pas plus de déchet sur ce Fleetwood Mac que sur le futur Rumours, qui allait suivre deux années plus tard, et faire exploser les records de ventes mondiaux. Sans aucun doute un grand album des années 70, avec un coté presque intemporel dont sont loin de pouvoir se targuer tous les groupes de cette époque, tous styles confondus.

Highlights : Rhiannon, Landsline, Over My Head, I'm So Afraid, World Turning, Blue Letters...

Tracklist :
01. Monday Morning
02. Warm Ways
03. Blue Letter
04. Rhiannon
05. Over My Head
06. Crystal
07. Say You Love Me
08. Landslide
09. World Turning
10. Sugar Daddy
11. I'm So Afraid


Line-up :
Stevie Nicks (chant)
Lindsay Buckingham (chant + guitare)
Christine McVie (chant + clavier)
John McVie (basse)
Mick Fleetwood (batterie + percussions)
+
Waddy Wachtel (guitare)[10]

Année : 1975
Label : Reprise Records
Production : Fleetwood Mac + Keith Olsen


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...