BENNY MARDONES : s/t

Entre 1980 et 1989, BENNY MARDONES aura vécu une traversée du désert longue et chaotique. Après un troisième album très peu soutenu sorti en 1981 (Too Much To Lose, hélas quasiment introuvable aujourd'hui), et composé presque intégralement avec l'aide de ROBERT TEPPER, Benny Mardones perdait son contrat chez Polydor et se repliait quasiment uniquement sur le micro-marché de sa ville de Syracuse, où un admirateur directeur d'une radio locale faisait son maximum pour continuer à soutenir le chanteur. Au milieu des années 80, Mardones - qui venait d'avoir un fils et de se libérer par la même occasion de sa dépendance aux drogues - sortait un EP et un album en autoproduction, comme pour justifier son activité scénique dans la région de New York, mais rien ne semblait capable de le relancer jusqu'à ce que des radios commencent à déterrer son hit de 1980, Into The Night. De New York à Los Angeles, les radios se réintéressèrent au cas de ce frère vocal de Robert Tepper, au point que le buzz amenait vite Curb Records à tendre une perche à Mardones. Cet album éponyme marquait clairement une renaissance de l'artiste, même si celle-ci s'avérera finalement de courte durée. Entouré de nouveaux compositeurs à la notoriété évidente comme Mark Mangold (DRIVE SHE SAID) ou Mark Spiro, Benny Mardones rebondissait d'une manière impressionnante avec dix titres d'une éblouissante classe. Propulsé par une version réenregistrée de Into The Night, ce disque sonnait comme une petite leçon d'AOR léché et souvent grandiose, une succession de titres tantôt suaves (I Never Really Loved You At All, How Could You Love Me), tantôt hargneux et brûlants, sur lesquels la voix Tepper-esque de Benny se posait comme un envoûtement. Avec des bombes de rock mélodique tendance hard FM comme les excellents Close To The Flame, We've Got To Run ou encore Run To You et le très rock'n'roll For A Little Ride aux faux airs de ZZ TOP période FM, Benny Mardones mettait véritablement le feu à son disque, et renforçait le côté rageur de son interprétation. Un tempérament renforcé par les interventions succulentes des guitaristes qui l'épaulaient, avec en tête un Duane Evans présent à tous les niveaux, de l'écriture aux guitares en passant par la production. Ce "blue album" (comme l'appellent les fans) restera probablement comme l'album le plus abouti de la carrière de Benny Mardones, faisant bien sûr regretter que le chanteur ne se soit pas réveillé plus tôt dans les années 80. Une décennie au style et à l'esprit qui lui allaient comme un gant.

Tracklist :
01. I Never Really Loved You At All
02. For A Little Ride
03. How Could You Love Me
04. Into The Night
05. We've Got To Run
06. I'll Be Good To You
07. If You Loved Me
08. Never Far Away
09. Close To The Flame
10. Run To You


Line-up : 
Benny Mardones (chant)
+
Duane Evans (guitare + clavier + basse + batterie)
Dave Amato (guitare)
Ron Bloom (guitare)
Michael Thompson (guitare)
Mark Mangold (clavier)
Claude Gaudette (clavier)
Robert Martin (orgue + saxo)
John Pierce (basse)
Dennis Belfield (basse)
Jeff Porcaro (batterie)
Ron Krasinsli (batterie)
Michael Lloyd (batterie)
Alex Acuna (percussions)
Al Fritsch (choeurs)
Gary Falcone (choeurs)
Michael Everett Mardones (choeurs)

Année : 1989
Label : Curb Records
Production : Michael Lloyd + Duane Evans + Benny Mardones + Mark Mangold


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...