AUTOGRAPH : Loud And Clear

Pour leur ultime album studio (avec le line up original, l'album de l'éphémère retour en 2003 - Buzz - étant plus à considérer comme un album solo de Steve Plunkett), les Américains d'AUTOGRAPH s'accordaient un peu plus de temps que pour leur second album, That's The Stuff, et au niveau de l'écriture, cela se ressentait. Le groupe confiait cette fois la production à Andy Johns (CINDERELLA, McAULEY SCHENKER GROUP, et plus tard VAN HALEN sur F.U.C.K.), le premier producteur à avoir cru en eux, et avec lequel ils avaient travaillé au réenregistrement des démos de Sign In Please avant de signer chez RCA. Ce renvoi d'ascenseur menait à une évolution dans le son du groupe, plus poli, plus standardisé FM que par le passé. De là, une légère perte d'identité qui fait que j'ai tendance à moins ressortir ce disque que les autres (et surtout que l'incomparable Sign In Please), Autograph sonnait un peu plus "mainstream" sur ce disque, tout en conservant tout de même sur pas mal de titres ce zeste de folie qui faisait tout le charme de la bande à Plunkett (les décapants Loud And Clear, Dance All Night ou encore Down 'n Dirty, She's A Tease, et le titre à mon avis phare de l'album, le terriblement jouissif She Never Looked That Good For Me). Qu'on s'entende, ce Loud And Clear est extrêmement solide mélodiquement, des dix titres, pas le moindre déchet, chaque refrain fait mouche, les solos de Steve Lynch sont comme toujours un régal de technique et de mélodisme mêlés, et le désormais regretté Steven Isham (décédé en décembre 2008 d'un cancer...) nous gratifiait par ailleurs de quelques unes de ses meilleures partitions de clavier comme sur l'intro sublime de More Than A Million Times. Sans parler, bien sûr, du chant de Steve Plunkett qui restait la principale empreinte musicale de ce groupe hors du commun. Mais le fait est que le groupe s'était globalement assagi sur ce disque, plus mature diront certains, avec des titres résolument FM tout en sonnant Autograph, tels que Bad Boy, la superbe ballade Everytime I Dream - un des rares titres mélancoliques du groupe - ou encore Just Got Back From Heaven. Ce qui fit l'affaire de la plupart des fans de hard FM qui considèrent Loud And Clear comme le meilleur album du groupe me laisse personnellement quelques (très) vagues regrets, la nostalgie du Autograph millésime 1984 qui, lui, n'avait absolument rien de commun avec la production de l'époque et qui reste à mon sens le monument du groupe et l'un des plus grands albums de tous les temps, ce qui n'enlève rien aux qualités de cet excellent Loud And Clear, qui présente du reste encore de sérieuses vertus anti-dépressives.

Highlights : She Never Looked That Good For Me, Dance All Night, Loud And Clear, Everytime I Dream, Bad Boy, More Than A Million Times, Just Got Back From Heaven...

Tracklist :
01. Loud And Clear
02. Dance All Night
03. She Never Looked That Good For Me
04. Bad Boy
05. Everytime I Dream
06. She's A Tease
07. Just Got Back From Heaven
08. Down 'n Dirty
09. More Than A Million Times
10. When The Sun Goes Down

Line-up :
Steve Plunkett (chant + guitare)
Steve Lynch (guitare)
Steven Isham (clavier + choeurs)
Randy Rand (basse + choeurs)
Keni Richards (batterie)

Année : 1987
Label : RCA
Production : Andy Johns 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...