VAN STEPHENSON : China Girl

On a souvent tendance à penser que la carrière solo de VAN STEPHENSON a débuté avec sa signature chez MCA. Les deux incontournables de l'AOR que le chanteur de Nashville a réalisé entre 1984 et 86 — avec Righteous Anger et Suspicious Heart — ont tendance à faire de l'ombre à ce premier véritable album, mais de manière plus certaine, le fait que ce China Girl soit sorti sur un petit label (mal distribué), a de toute évidence entretenu cette méconnaissance à l'égard de ce disque pour ainsi dire impossible à trouver de nos jours (et jamais sorti en cd naturellement). Ne nous le cachons pas, China Girl n'est pas à la hauteur de ses successeurs, mais ce disque n'en reste pas moins intéressant pour l'amateur qui peut aisément y voir la naissance d'un grand musicien. Le style a beau être plus daté et conventionnel que ce que Van Stephenson fera ensuite, il s'en dégage néanmoins une singulière sensibilité, des atmosphères et les premiers jalons d'un univers déjà fascinant en bien des points, comme sur la ballade New York Hold Her Tight que Van Stephenson offrira quelques années plus tard à ses amis de RESTLESS HEART. China Girl navigue globalement dans un genre plus westcoast, plus sage que par la suite. Nous trouvions déjà l'élégance naturelle du musicien qui signait par ailleurs quelques jolies mélodies comme Seeing Is Believing (très séduisant malgré son côté un peu daté dans les arrangements) ou encore Lion In The Night. De manière générale, les titres les plus intéressants, ceux qui se démarquent le plus de l'ensemble, étaient l'oeuvre — au moins en coopération — du chanteur. Les autres, des contributions extérieures, s'avèrent être un peu plus communs, offrant quand même le charme que dégageait déjà la voix de Van Stephenson, comme sur China Girl (que JOHN MELLENCAMP reprendra un an plus tard dans une version plus rythmée) et son atmosphère éthérée, ou le tout aussi reposant Looks Like A Loser et ses légers accents country dans les guitares, des influences nettement plus prononcées sur Weekend Warrior. Van Stephenson débutait ainsi tranquillement sa carrière sur un album qui, s'il ne vaut pas les suivants, mériterait qu'un label le réédite, ne serait-ce qu'en mémoire de cet artiste hors du commun.

Tracklist :
01. You've Got A Good Love Coming
02. Looks Like A Loser
03. Seeing Is Believing
04. China Girl
05. Weekend Warrior
06. I Would If I Could
07. Tonight The Love's On Me
08. Hotter In The Night
09. New York, Hold Her Tight
10. Lion In The Night

Line-up : 
Van Stephenson (chant + guitare + chœurs)
+
Kenny Mims (guitare)
Wayne Perkins (guitare)
Mike Hanna (clavier)
Shane Keister (synthétiseur)
Larry Paxton (basse)
Joe English (batterie)
Bob Montgomery (carillon japonais)

Année : 1981
Label : Handshake Records
Production : Bob Montgomery



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...