STRANGEWAYS : Walk In The Fire

Au vu de la qualité d'écriture et d'interprétation de Native Sons, et de l'opiniâtreté avec laquelle STRANGEWAYS avait cherché à défendre son album sur scène (en ouvrant notamment pour les Suédois d'Europe), le groupe était en droit de s'attendre à un juste retour sur investissement. Si Strangeways a bien rencontré un public, celui-ci devait étrangement rester assez confiné aux amateurs d'AOR qui, pour compenser, ne tarissent généralement pas d'éloges sur les deux albums de la période où Terry Brock en était le chanteur. Simple succès d'estime, donc, et ce troisième album enregistré à Zurich comme les deux précédents présentait ce qu'on pourrait interpréter comme un signe de découragement de leur label. Après les noms ronflants de Kevin Elson (Journey, Night Ranger, etc.) et John Punter (Roxy Music, Slade, et plus tard le fameux Into The Streets de Boulevard), la production était confiée au guitariste fondateur du groupe, Ian Stewart. Rien à déplorer de ce point de vue, d'ailleurs, et moins encore de l'écriture, à laquelle Terry Brock apportait une importante contribution. En réalité, rien à déplorer du tout : ce disque, considéré comme un classique de l'AOR, a toutes les caractéristiques de l'album qu'on n'oublie pas. Aucun temps mort, des mélodies d'un grand raffinement (Where Are They Now et Love Lies Dying représentant le haut d'un panier fort bien garni), et une atmosphère générale aussi chaleureuse que la pochette du disque. Mais comme les meilleures choses ont une fin, le départ de Terry Brock (qui fut près de rejoindre Deep Purple ; le poste de chanteur sera finalement pour Joe Lynn Turner) et le changement d'époque condamneront le groupe à errer dans des voies sans issue, pour ne jamais plus retrouver la grâce de ce Walk In The Fire.

Tracklist :
01. Where Are They Now
02. Danger In Your Eyes
03. Love Lies Dying
04. Everytime You Cry
05. Talk To Me
06. Living In The Danger Zone
07. Modern World
08. Into The Night
09. Walk In The Fire
10. After The Hurt Is Gone


Line-up :
Terry Brock (chant)
Ian Stewart (guitare)
David Stewart (basse)
Jim Drummond (batterie)
+
David Moore (clavier)

Année : 1989
Label : RCA [rééd. Hangdog 1997 / Majestic 2006 / Rock Candy 2011]
Production : Ian J. Stewart + John Lee

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...